Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
aappmabassalat.overblog.com

L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013

30 Décembre 2013 , Rédigé par AAPPMA DU BAS SALAT Publié dans #Actualités, #Vidéos, #Repeuplements

La pisciculture de Soueich a plus de 50 ans. Elle appartient à la Fédération de Pêche de Haute-Garonne. Les pisciculteurs qui y travaillent sont des salariés de la fédération départementale.

L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013

Financée avec les recettes provenant de la vente des cartes de pêche, elle permet :

  • de peupler la Garonne, les rivières et les lacs, en Haute-Garonne, en truites farios et ombres communs
  • d'approvisionner les piscicultures d'AAPPMA de Haute-Garonne (Bagnères-de-Luchon, Montréjeau, Saint-Gaudens)
  • d'approvisionner, hors Haute-Garonne, la Fédération de Pêche de la Sarthe et la pisciculture de Pédehourat à Louvie-Juzon (64)

Le Ger alimente la pisciculture. L'eau s'y écoule par gravitation sur l'ensemble des installations avant de retrouver le Ger. Celles-ci sont surélevées par rapport aux terrains alentour afin de les protéger des crues de la rivière.

La température de l'eau ne descend pas en dessous de 5 °C et dépasse rarement 20 °C. Ces températures conviennent parfaitement à la truite ; elle peut s'alimenter tout l'hiver et ne souffre pas de la chaleur l'été. Des brasseurs d'eau sont disponibles pour réoxygéner l'eau si nécessaire, en particulier en cas d'étiage sévère du Ger.

Un bassin de décantation, à l'entrée des installations de la pisciculture, permet de recueillir les matières en suspension. A la sortie de ce bassin, un dégrilleur équipé d'un peigne ramasse les feuilles avant que l'eau poursuive son chemin. Ceci minimise le comblement des bassins de production de poissons qui sont presque tous en terre. Les poissons produits ont ainsi une robe et des nageoires préservées.

Ces installations en terre nécessitent un entretien permanent : curage, remise en état des berges.

Un canal, à l'aval du bassin de décantation, alimente les bassins de production. Un système de vannes permet de gérer l'alimentation bassin par bassin et d'empêcher les poissons de transiter d'un bassin à un autre.

L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013
L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013

Les poissons sont répartis dans les différents bassins en fonction de leur âge. Ainsi les "grands" ne mangent pas les "petits".

Des filets les protègent des prédateurs : hérons, cormorans.

Les poissons sont nourris avec des granulés de farine de poissons, riches en protéine et pauvres en graisse. Il ne s'agit pas de les faire grossir rapidement, mais de produire seize mois après la production des oeufs, des truites dites portions, c'est-à-dire de plus de 23 cm, pour l'ouverture de la pêche.

L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013

Certaines truites sont conservées à la pisciculture pour la reproduction ; elles prennent le statut de géniteur. Agées de 2 ans et 3 ans, elles sont suffisamment nombreuses pour éviter tout risque de consanguinité. Il est donc inutile de capturer des truites sexuellement matures dans le milieu naturel pour renouveler la production.

La diminution de la durée du jour provoque le frai des truites ; il a lieu à partir de novembre et s'étale sur deux mois. La température n'a aucune influence sur leur frai, contrairement aux cyprinidés.

Pour simplifier leur capture, les géniteurs sont rassemblés à l'aide d'un filet. Anesthésiés dans un bac pour faciliter leur manipulation, ils sont ensuite examinés un à un.

L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013
L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013

Si le poisson est prêt pour la reproduction, une pression sur l'abdomen permet de recueillir les ovules ou la laitance dans un récipient. La laitance des mâles dispose d'une minute pour féconder les ovules émis par les femelles. Laitance et ovules sont donc mélangés immédiatement avec un doigt, par le pisciculteur, pour obtenir des oeufs fécondés.

Les poissons qui ne sont pas prêts sont placés dans des bassins en attendant qu'ils le soient. Ils seront remanipulés plus tard.

Les spécimens stériles, appelés "mulets", sont mis à part. Avec les géniteurs de 3 ans, ils seront transférés dans les grands cours d'eau, c'est-à-dire la Garonne et le Salat. Les géniteurs pourront se reproduire les années suivantes, en milieu naturel.

Les oeufs sont ensuite transférés dans l'écloserie de la pisciculture. Ils y sont immédiatement nettoyés.

Pour cela, ils sont lavés plusieurs fois avec de l'eau captée dans le Ger. Cette eau est préalablement débarrassée des matières en suspension, grâce à des filtres, et des micro-organismes, grâce à des rayons UV.

Le nettoyage consiste à enlever toute impureté risquant de contaminer les oeufs pendant leur développement : fèces, sang, etc...

En outre, l'eau oxygéne les oeufs, les fait augmenter de volume et les durcit.

L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013
L'APRÈS-MIDI PORTE OUVERTE À LA PISCICULTURE DE SOUEICH, LE 19 NOVEMBRE 2013

Ensuite, un tri automatique, oeuf par oeuf, élimine tous les oeufs morts.

Les oeufs sont alors placés dans un incubateur. Il y resteront environ un mois, dans le noir et sans manipulation, jusqu'à atteindre le stade d'oeillet.

Les oeillets sont alors transférés sur des clayettes, placées dans des auges. Les oeufs morts sont enlevés au fur et à mesure de leur apparition. Environs 2/3 des oeillets quitteront Soueich pour alimenter des piscicultures d'AAPPMA du département ou d'ailleurs ou pour garnir des frayères du département.

A partir de la mise en incubateur, la température de l'eau qui oxygéne les oeufs est relevée 2 fois par jour.

Environ 410 °*jours (ex : séjour des oeufs de 41 jours dans une eau à 10 °C) après la fécondation, les oeufs éclosent. Les alevins migrent dans l'auge à travers les mailles des clayettes. Ils y resteront de 4 à 6 semaines, le temps de résorber leur sac vitellin.

Ils seront alors transférés en bassin de production. A chaque stade de leur croissance, une partie d'entre eux sera déversée dans les cours d'eau ou les lacs du département :

  • alevins de 3 cm
  • estivaux de 5 à 7 cm
  • truitelles de 10 à 12 cm
  • surdensitaires de 23 à 30 cm
  • géniteurs de plus de 40 cm

Au bout de 3 ans, toute la production de truites farios d'une année donnée a quitté la pisciculture.

En plus des truites farios, la pisciculture élève des ombres communs.

Elle reçoit chaque été environ 10.000 ombrets provenant de la Fédération de Pêche du Puy-de-Dôme.

A l'automne de l'année suivante, une première moitié des ombres est lâchée dans le Salat, sur le parcours sans panier de Roquefort-sur-Garonne (voir l'article du 31 octobre 2013). Ils mesurent de 25 à 30 cm.

Un an plus tard, l'autre moitié est lâchée au même endroit. Les ombres atteignent alors de 35 à 40 cm.

Vincent, animateur fédéral, a guidé la visite. Une quinzaine de pêcheurs ont écouté attentivement ses explications et observé la manipulation des géniteurs et le nettoyage des oeufs, par lui et ses collègues.

Norbert Delphin, président de la fédération départementale, et Michel Lacroix, trésorier fédéral, ont accompagné la visite et offert un pot de l'amitié pour conclure l'après-midi porte ouverte.

Seuls regrets, le soleil et des eaux limpides auraient réchauffé les participants et permis d'observer les poissons dans les bassins.

Livret sur la pisciculture de Soueich édité en 2013, distribué aux enfants lors des visites et disponible à la Fédération de Pêche de Haute-Garonne pour les AAPPMA animant un Ateliers Pêche Nature

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article