Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
aappmabassalat.overblog.com

PLUS QUE QUELQUES JOURS POUR APPORTER SES COMMENTAIRES À L’ENQUÊTE PUBLIQUE NATIONALE SUR LA RÉGULATION DE LA POPULATION DU GRAND CORMORAN CONTINENTAL (PHALACROCORAX CARBO SINENSIS)

27 Juillet 2015 , Rédigé par AAPPMA DU BAS SALAT Publié dans #Actualités

Le grand cormoran (Phalacrocorax carbo) est protégé en France depuis le 10 juillet 1976, par la loi n° 76-629 relative à la protection de la nature.

Il l’est depuis le 2 avril 1979, par la directive européenne 79/409/CEE, remplacée le 30 novembre 2009 par la directive 2009/147/CE, au même titre que toutes les espèces d’oiseaux vivant naturellement à l’état sauvage sur le territoire européen.

  • La sous-espèce phalacrocorax carbo sinensis a bénéficié d’une protection renforcée, de 1979 à 2009, puisqu’elle était inscrite en annexe I de la première version de la directive européenne. Cette sous-espèce correspond au grand cormoran continental, qui vit aux abords des lacs, fleuves et rivières, se nourrit de poissons d’eau douce et niche dans les arbres.
  • L’autre sous-espèce s’appelle phalacrocorax carbo carbo. Elle vit sur les côtes maritimes, se nourrit en mer et niche dans les falaises.

Ces deux sous-espèces ne sont pas distinguables par leur plumage. L'angle formé par la poche jugulaire serait le seul critère distinctif externe.

Au milieu du XXème siècle on dénombrait, en Europe, 55.600 grands cormorans (10.600 phalacrocorax carbo sinensis et 45.000 phalacrocorax carbo carbo). Les effectifs du grand cormoran continental ont augmenté brusquement à partir de 1980, tout comme ceux du cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus), en Amérique du Nord. Personne ne sait pourquoi ces deux cormorans ont vu leur population croître au même moment. La protection du grand cormoran continental par la directive européenne n’est pas une explication pertinente de cet accroissement puisque la population de cormorans à aigrettes a elle aussi augmenté, sans protection supplémentaire, pas plus que le prélèvement des œufs dans les nids qui a cessé au début du XXème siècle pour le grand cormoran continental.

Loïc Marion, chargé de recherches au CNRS et membre de l’unité ECOBIO "Ecosystèmes, Biodiversité, Evolution" à l’Université Rennes I, est le coordinateur national pour suivre l’évolution des effectifs de grands cormorans des deux sous-espèces, en France.

Il a remis le "Recensement national des grands cormorans hivernant en France durant l’hiver 2012-2013", en mars 2014, et le "Recensement national des grands cormorans nicheurs en France en 2012", en avril 2014.

Recensement national des grands cormorans hivernant en France durant l’hiver 2012-2013 - Loïc Marion

Recensement national des grands cormorans nicheurs en France, en 2012 - Loïc Marion

Pour la Haute-Garonne, S. Marty, N. Delphin et O. Plasseraud sont les coordinateurs départementaux de ce 12ème recensement des grands cormorans ayant hiverné.

Ce recensement dénombre en France 106.824 individus, en janvier 2013, répartis en 1.188 dortoirs sur 92 départements.

  • En Midi-Pyrénées, 10.899 grands cormorans (phalacrocorax carbo sinensis a priori puisqu’à l’intérieur des terres) répartis sur 153 dortoirs ont été recensés en janvier 2013, contre 9.460 répartis sur 143 dortoirs en janvier 2011.
  • En Haute-Garonne, 1.970 grands cormorans (phalacrocorax carbo sinensis a priori puisqu’à l’intérieur des terres) répartis sur 18 dortoirs ont été recensés en janvier 2013, contre 2.326 répartis sur 25 dortoirs en janvier 2011.

Si le grand cormoran utilise un nid dans un "dortoir", en hiver, il pond ses oeufs au sein d'une "colonie" lors de la période de reproduction (grand cormoran nicheur).

Il n'est pas détecté de colonie en Haute-Garonne, en 2012 (voir carte page 10, du rapport).

Le grand cormoran est un prédateur sans prédateur, hormis l'homme. Au sommet de la chaîne alimentaire, il régule lui-même ses effectifs en fonction de la nourriture disponible. Pour cela, il peut changer de lieu de vie au cours de l’hiver, s’installer sur de nouvelles zones, pondre plus ou moins d’œufs chaque année, voire pour le grand cormoran "marins" (phalacrocorax carbo carbo) quitter la côte et s’installer dans les terres, au milieu des grands cormorans continentaux, pour passer l’hiver ou nicher.

Si il y a des cormorans, c'est donc qu'il y a des poissons. Quels poissons mangent-ils ?

Dans une étude publiée en décembre 2013, Frédéric Santoul, enseignant chercheur à l'EcoLab "Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement" de l'Université Toulouse III - Paul Sabatier, a étudié "Le régime alimentaire des grands cormorans hivernant dans le sud-ouest de la France".

Régime alimentaire du grand cormoran hivernant dans le sud-ouest de la France - Frédéric Santoul

Cette étude porte sur l'examen de 385 contenus stomacaux d'oiseaux abattus par des tirs de régulation sur 49 sites en Aquitaine et Midi-Pyrénées. 846 poissons, mesurant de 2 à 50 cm, de 22 espèces différentes ont été reconnus. Le gardon est l'espèce de poisson la plus souvent trouvée, devant l'ablette et le poisson-chat, mais c'est le barbeau qui représente la biomasse la plus importante, devant le poisson-chat et l'ablette.

Au niveau national, 46.361 grands cormorans ont été tués par des tirs de régulation au cours de l’hiver 2012-2013, soit, pour la première fois, davantage que les quotas autorisés.

Selon ce 12ème rapport, comme les précédents, la régulation n’a pas eu d’effet sur l’évolution des effectifs départementaux. Ceci est à rapprocher de la répartition des effectifs de grands cormorans nicheurs, au niveau européen (voir l'extrait du recensement en Europe, en 2012).

Une troisième sous-espèce de grand cormoran a été découverte en 2006, phalacrocorax carbo norvegicus. Elle ne vivrait que sur les côtes maritimes, de Norvège jusqu'en Bretagne.

Extrait du recensement des grands cormorans nicheurs en Europe, en 2012

Un projet d’arrêté fixant les quotas départementaux dans les limites desquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant les seuls grands cormorans continentaux (phalacrocorax carbo sinensis) pour la période 2015-2016 est soumis à enquête publique, au niveau national, du 09/07/2015 au 31/07/2015.

En Haute-Garonne, pour la période 2015-2016, le projet d'arrêté propose la destruction de 1.000 grands cormorans continentaux, en eaux libres, comme les années précédentes.

Chacun peut le consulter et déposer ses commentaires. Il ne reste que quelques jours pour le faire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article